Connection du tableau

Allez, avouons le, la connection du tableau électrique au disjoncteur de branchement n’était pas ce qui me rassurait le plus….Après avoir longtemps tourné autour du pot, j’ai fini par m’y mettre, sans grande difficulté au final. Voilà donc comment nous avons procédé. Notez que si on a commis des erreurs, ca serait sympa de nous le signaler. Et quant à celles et ceux qui voudraient s’inspirer de ce que nous avons fait, et bien ceci n’engage que vous….A vos risques et périls donc. Enfin, dernière précision : nous serons sur un branchement de type 2, le compteur se trouvant à l’entrée du terrain…

Alors, pour brancher tout ça, nous avons eu besoin de notre cable d’arrivée électrique, de deux fouets, d’un disjoncteur de branchement, et de sa platine de fixation.

Etape 1 : Après avoir coupé l’alimentation, prendre le cable de 2 x 32 mm2 et le dégainer de façon à faire apparaître le fil de phase et le neutre. Cette opération peut se faire au cutter, en coupant entre les deux fils, la gaine se déchirant facilement. Une fois ceux-ci suffisament libres, nous les avons tordus afin de leur faire faire un petit zig zag histoire de leur donner du ressort et de garder du mou.

Etape 2 : se munir de deux fouets. Introduire le fil du neutre dans l’extrémité du fouet bleu, sans dénuder l’extrémité du fil. Serrer à fond avec une clé jusqu’à ce que la molette du fouet casse. Faire de même avec la phase (le fil noir). Placer le tout dans la gaine de logement.

Etape 3 : mettre en place la platine en plastique (le support du disjoncteur de branchement). Faire sortir en haut les deux fouets précédemment connectés. Faire sortir en bas les deux fils qui alimenteront le tableau électrique (un marron et un bleu, ici en 10 mm2 puisque le disjoncteur de branchement sera réglé au maximum sur 45A).

Etape 4 : prendre le disjoncteur de branchement et brancher les fils d’arrivée électrique (les deux fouets donc) sur les deux plots supérieurs, en respectant bien le bleu sur le bleu et le noir sur le gris (oui, oui, je sais, ça devrait être noir….)

Etape 5 : prendre les deux fils d’alimentation du tableau et les brancher sur les deux plots inférieurs du disjoncteur de branchement. Le bleu sur le bleu et le marron sur le gris (oui, au début c’était noir, puis c’est devenu gris, puis là c’est marron….)

Etape 6 : régler le disjoncteur de branchement sur l’ampérage désiré (nous 45A max, soit un abonnement max de 9KVA). Ceci est fait en déplaçant une petite plaque métallique et en la vissant. Le chiffre 45 A apparaît alors dans la petite fenêtre du disjoncteur.

Etape 7 : fixer le disjoncteur sur sa platine (deux vis suffisent, le disjoncteur est doté de deux petites encoches spécifiques pour ça) et fermer les deux capots du disjoncteur afin de protéger les connections.

Et voilà…Il n’y a plus qu’à remettre le courant et tester si ca marche….(nous ca marche, youpiii).

Publicités

Cloison terre paille, méthode 2

Petit addendum aux derniers articles concernant les cloisons terre paille. Il s’agit juste de deux petits schémas montrant d’autres méthodes de banchage. Nous les avons toutes deux employées.

Dans le premier cas, le banchage repose sur de petites cales (en orange), traversées par les vis permettant l’accroche de la banche au montant. La paille, lorsqu’elle mise en place dans la banche, passe donc devant le poteau en bois et l’enserre. Deux tasseaux verticaux (en jaune) visseés l’un sur l’autre maintiennent également la paille. Le tassement de la paille est primordial, car il assure la cohésion de l’ensemble. Les fibres doivent être diposées le plus horizontalement possible, et se glisser dans le moindre interstice, et en particulier autour des liteaux verticaux. Le tassement n’est pas fait au centre, mais contre les bords.

banchage 1

Dans la seconde méthode, la banche est fixée directement sur le poteau vertical. Il n’y a donc pas de cale et la paille ne repasse jamais devant les poteaux, ne l’enserrant pas. Il faut donc particulièrement soigner le tassement de la paille contre les banches, et veiller à ce qu’elle se prenne bien autour des liteaux verticaux car eux seuls la maintiendra. La mise en place d’une entretoise horizontale entre les poteaux qui compressera également la paille verticalement peut être intéressante. Elle pourra être placée tous les 50 cms.

banchage 2

ca pousse…

Un beau terrain….

Début Juillet, nous avons fait revenir le terrassier qui était intervenu pour creuser les fondations, faire le chemin, etc. Mais ce coup ci, il s’agissait d’enlever le gros tas de terre qui était devant la maison, niveler l’ensemble du terrain, faire un beau parking (la voiture, la voiture !) et  faire une mare.

Une fois ceci fait, nous avons pu faire intervenir un paysagiste pour passer un coup de rotovator. Cet engin infernal casse les mottes (ce qui, sur un terrain argileux est bienvenue) en petit bout, rendant l’ensemble prêt à l’ensemencement.

Morgane, qui en gros n’attendait que ça, s’est ensuite emparée de notre plus beau râteau pour ratisser l’ensemble du terrain et semer le gazon et les engrais verts. Y’a plus qu’à attendre que ça pousse….

l’art des raccords

Quand on commence à faire de la plomberie, la première chose que l’on rencontre, et qui paraît vachement bien (si, si je vous jure), ce sont les raccords. Et en particulier les raccords à visser. Parce que pour raccorder deux tuyaux, un bon raccord vissé ca fait beaucoup moins peur qu’une soudure, surtout d’ailleurs si vous utilisez de la filasse et de la pâte à joint (1). Lire la suite

Fermacell

Pour la salle de bain de l’étage, qui sera en fait la seule prête pour notre emménagement, nous avons installé du fermacell sur les murs. Il est fixé sur une ossature en liteaux et comporte des joints vifs. Il faut préciser qu’on n’a pas trouvé de Fermacell à Bord Aminci (BA) par chez nous, ce qui aurait eu ma préférence. Mais le système à joint vif (où on laisse 5 mm entre chaque plaque) n’est pas inintéressant, et ca se fait bien avec de petites cales. Les joints sont ensuite remplis avec un enduit spécifique (vendu sous la marque Fermacell également). Lire la suite

PVC

Installer une descente d’eau en PVC de 100 avec des passages restreints, c’est pas du gateau 😦